03/07/2006

Couleur Café vécu par Marie

Dimanche, 16h10.

Va bien falloir que j’me lève… et que quelqu’un m’aide à rejoindre Tour & Taxis… Pas envie. Trop chaud. Pas le courage. Trop de monde. Mal aux jambes. Fatiguée. Pfffff…

Finalement, on tente l’approche en voiture, comme tous les fats qui se respectent. On aime encore bien ne pas trop se fatiguer. Une place se présente à 5 minutes à pieds du site. Raisonnable. On prend.

                           

Une fois sur place, l’ambiance inégalable de Couleur Café m’envahit. Des percussions, des couleurs et l’odeur de bouffe créole… C’est bon, je me réveille !  

Ce Festival est mon préféré et le seul où je veuille bien me rendre. Détestant tout ce qui ressemble de près ou de loin à une plaine boueuse remplie de rockeurs pogotants suintants et malpolis, ici, je suis ravie. Je ne viens pas pour les groupes – que je ne connais pas la plupart du temps – mais pour cette ambiance cool, ces mojitos et ces platanitos (plat colombien composé de bananes frites). Par contre, hier, je connaissais Louise Attaque, mais j’aime pas. Et je connaissais aussi Tracy Chapman, mais c’était un peu mou… Donc pour les critiques musicales, faudra repasser.

 

Mais Couleur Café a bien d’autres atouts que la musique!

C’est à mon avis le festival le plus clean de l’histoire. Avec ses 20 poubelles au m² et ses WC presque plus propres qu’à la maison. Et gratuit en plus. Et y’avait du papier. Trop fou.

 
 
 
 
 

C’est aussi le festival le plus fashion… Ici, je me sens complètement « out of style ». ‘Fashion can be bought, but style can’t’. J’ai rien compris moi.

C’est encore le festival avec le mojito-factor le plus élevé. J’ai perdu mon cœur à la Havane. J’ai bien failli le retrouver hier. Au lieu de ça, j’ai un peu perdu la tête. Faut pas abuser des bonnes choses. Surtout quand il fait chaud ;-)

 
 

C’est finalement le festival avec les diarrhées en puissance. Vu ce que mangent les gens, on comprend que les ambulances fassent 10 allers-retours de l’heure. Perso, je termine de digérer un Chicken Thali ;-) J’ai dit que c’était trash, pas que c’était mauvais. D’ailleurs, c’est quand que Couleur Café ouvre son resto près de la Place Ste-Catherine, histoire d’en profiter toute l’année ? 

 

Malheureusement, c’est le festival qui me fait rentrer le plus tôt car mal aux pieds et au dos (ben oui, on se fait vieille !) parce que pas moyen de s’asseoir par terre à cause du sol en… en quoi d’abord ??? qui vous fait aussi des pieds si dégueux qu’il vaut mieux ne pas rester trop longtemps au risque de passer la nuit à se récurer les pitous…  

 

De toute façon, de mon lit, j’entends la fin des concerts qui me bercent pour une douce nuit… Dommage qu’à 7h ce matin, ce soit Tina Arena qui m’ait réveillée. Ca casse tout.

Posté par Marie

15:10 Écrit par steph dans Couleur Café | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : reportages |  Facebook |

Commentaires

vive couleur café c vrai que couleur café c un des meilleur festival que g été.

sa fé déjà la 3ème année que j v et sa c amélioré.

Écrit par : Cédric | 05/07/2006

pfffffffffffffff on s'en fout des grosses petasses qui on tout gratuit moche en plus

Écrit par : po | 11/07/2006

Les commentaires sont fermés.